Blog d'un jeune social-démocrate ouvert sur le monde

Blog d'un social-démocrate vivant à Paris.

28 juillet 2008

L'homme qui déteste l'opposition : Jean-Marc Ayrault

Si vous ne connaissez pas Jean-Marc Ayrault, vous ratez certainement l'un des politiques les plus atypiques de France.

Jean-Marc Ayrault est l'archétype de l'homme subissant la loi nationale qui se venge sur son petit pouvoir pour calmer ses contradictions. Ainsi, lorsque la préfecture de Loire-Atlantique menace de prendre un arrêté préfectoral visant à interdire les happy hour et les open bars, Jean-Marc Ayrault décide de prendre les devants afin de ne pas subir le diktakt de l'Etat sarkozien.

A l'Assemblée Nationale, Jean-Marc Ayrault agit de la même manière. Elu chef de l'opposition de l'Assemblée Nationale, Jean-Marc Ayrault organisa un shadow cabinet autour de sa personne. Afin de prendre des leaders de l'opposition, le socialiste s'empressa de choisir une multitudee de nouveaux députés maléable et corvéable à mercy qui feront sa garde pretorienne au sein de l'Assemblée et des députés que l'on nomme ségo-compatibles dans le jargon socialiste. En résumé, le shadow cabinet socialiste n'est pas là pour faire émerger de nouvelles têtes ni pour être une force d'opposition interne à l'Assemblée Nationale. Non, le shadow cabinet est surtout là pour ne pas contredire son chef.

Mais voilà.

Il arrive même que chez les députés formant le shadow cabinet, il puisse y avoire bisbilles, querelles, manque d'amour et surtout des intérêts divergents qui amènent certains membres du cabinet à vouloir prendre la place du calife à la place du calife Ayrault. Quelle guigne tout de même pour le très démocrate Ayrault ! Il s'était dit qu'un tour de passe-passe ne ferait pas de mal aux apparence de démocratie en mettant en jeu son siège de leader de l'opposition tous les ans. Seulement, Arnaud Montebourg, un socialiste aux dents longues, a cru que c'était le moment adéquat pour relancer une carrière en dents de scie (un jour je vous raconterai l'histoire de cet homme que j'ai admiré, qui m'a étonné, qui s'est éloigné et qui n'arrête plus de me décevoir depuis). Jean-Marc Ayrault, ça l'a mis dans une colère noire ! Son jouet s'est cassé tout seul ! Et la faute à qui ? La faute à un paltoquet du nom de Montebourg qui a osé trahir sa Ségolène pour aller rejoindre Socialisme & Démocratie. Alors, Jean-Marc Ayrault, après avoir retrouvé son siège de cheftain de l'opposition pris Arnaud Montebourg et le décapita en place de grève. Je rassure mes lecteurs montebourgeois, Arnaud Montebourg n'est pas mort, il n'est plus vice-président de l'opposition.

Deuxième acte de l'homme qui déteste l'opposition, l'affaire Lang est un exploit du genre. Vous connaissez déjà tous l'histoire. Jack Lang a été appelé par Nicolas Sarkozy pour défendre les positions du Parti Socialiste dans une commission menée par Edouard Balladur l'ancien premier ministre que vous connassez certainement mieux sous son surnom de goitre mou. Bien entendu, Jean-Marc Ayrault s'est offusqué. Lorsque Jack Lang revenait au Parti Socialiste expliquer que la réforme des Institutions allait dans le bon sens, Jean-Marc Ayrault s'étranglait. Quand Jack Lang annonça qu'il voterait pour son texte avec lequel il était en total accord, Jean-Marc Ayrault toussota. Et après avoir voté contre ce texte, Jean-Marc Ayrault du haut de sa stature de Monsieur Opposition de l'Assemblée Nationale décida qu'il était temps d'en finir avec les Jack Lang qui osent se commettre avec le gouvernement et rédigent des textes de compromis qui obligeraient des Socialistes de la qualité de Jean-Marc Ayrault à voter pour. En bon socialiste qui ne cherche pas à comprendre, un Monsieur Opposition doit s'opposer et pas se compromettre avec la majorité*. Jean-Marc Ayrault pense donc que Jack Lang "s'est mis lui-même en dehors du groupe. [...] Il a franchi le Rubicon. Il n'y a pas d'exclusion formelle. On a pris acte que Jack Lang s'est mis lui-même en dehors du groupe socialiste. Nous le regrettons" En gros, Jack n'est plus socialiste parce qu'il a signé une réforme des institutions, une pauvre misérable petite loi qui ferait dire que Jack Lang a franchi le rubicon. Un hebdo paraissant le mercredi tient une rubrique nommée le mur du çon. Il est certain qu'Ayrault l'a franchi ce jour-là. Depuis, Jack Lang n'est plus convié aux réunions du groupe parlementaire socialiste.

Dernier acte de cette tragédie en trois actes, 4 députés socialistes osèrent signer le lendemain de la ratification du texte de réforme institutionnel un texte faisant état d'une terrible contradiction et qu'il faut résumer ainsi : "Nous étions pour le texte qui était bon, mon parti était contre car il faut s'opposer sur tout, j'ai donc voté contre. Nous trouvons que le Parti Socialiste fait de l'antisarkozysme pavlovien." Traduction : Jean-Marc Ayrault et François Hollande sont de dignes héritiers du chien de Pavlov. Résultat, Gaëtan Gorce perd lui aussi son poste de vice-président du groupe socialiste et l'apprend par voie de presse. Car il faut que vous le sachiez, s'il y a bien une qualité de Monsieur Jean-Marc Ayrault qu'il ne peut cacher, c'est sa propension à parler à ses amis par presse interposé.

Ainsi Monsieur Ayrault déteste que l'on s'oppose à lui. La Démocratie, il ne connait pas. Surtout quand on s'oppose pour des idées. Bannie au sein du Parti Socialiste, il n'y a qu'une opinion qui vaille : celle de la tête pensante Ayrault. Les idées? Aux oubliettes. Le débat? Surtout pas. L'opposition intelligente? On n'en a pas le temps au Parti Socialiste, on préfère s'occuper de faire des purges** l'assainir de toute opposition internet et de vivacité démocratique.



* Je ne sais pas si ledit texte est bon ou pas, je ne suis pas constitutionnaliste et n'est pas les capacités intellectuelles pour donner un avis peremptoire.
** Un jour, j'osai écrire que certains voulaient épurer le Parti Socialiste, je ne vous raconte pas la volée de bois vert que je me suis pris !

Les commentaires sont désactivés, vous pouvez désormais commenter cet article sur mon nouveau blog

Posté par abadinte à 07:51 - Parti Socialiste - Permalien [#]
Partager sur Facebook
Votez pour cet article
 
>