Blog d'un jeune social-démocrate ouvert sur le monde

Blog d'un social-démocrate vivant à Paris.

09 février 2010

Retrospective sur Georges Frêche

Depuis que j'écris sur ce blog, le sujet Frêche est souvent revenu sur le tapis. La première façon dont j'ai qualifié Frêche sur mon blog était avec le terme de raciste juste après avoir signé la pétition du camarade Sanchez qui s'offusquait des propos de Frêche sur l'équipe de France. Pour rappel :  "On fait une équipe de foot d'indigènes.  [...] Bientôt, y'aura 11 noirs sur 11 en équipe de France. C'est une catastrophe pour le sport français. Ça veut dire qu'on (les Français) est nuls, voila la réalité." Cette pétition date de 2006 mais les rapports se sont envenimés par la suite.

Le 21 janvier 2007, je déclarais en commentaire d'un article qu'il n'y avait qu'un seul problème interne au Parti Socialiste malgré la fameuse montebourde : Georges Frêche. A croire que mon commentaire a porté puisque 6 jours plus tard exactement Ségolène Royal demande à François Hollande d'exclure Georges Frêche.

Le 14 septembre 2007, Georges Frêche est relaxé contre les harkis. Rien d'étonnant à tout ça. Frêche visait un groupe spécifique de harkis qui s'était rallié à son opposant politique issu de la mouvance gaullo-sarkozienne. Or de Gaulle était justement l'homme qui avait trahi les harkis. Comme quoi mon opposition à Frêche n'est pas manichéenne. Si ce n'est pas raciste, ça n'en reste pas moins insultant.

Un an plus tard, Georges Frêche est de retour sur le devant de la scène en claironnant qu'il truque les élections sénatoriales. Les élections sénatoriales sont des élections uniquement par les représentants des territoires. Afin de protéger ses amis et d'enfoncer ses ennemis socialistes, Frêche annonce qu'il a monté de toute pièce une liste de chasseurs. Voilà qui sent le moisi. Ce sont ce genre de combines qui poussent le PS à refuser de voir un Frêche associé à son nom.

Le 21 octobre 2008, Robert Navarro, Premier Fédéral de l'Herault, envoie une lettre pour exiger la réintégration de Georges Frêche au sein du Parti Socialiste malgré tous les saletés que Frêche fait au Parti Socialiste. Il ne reste alors qu'une chose à faire : appeler au démantèlement de ces fédérations. Notez que Bruno Le Roux, hollandiste, n'exclut pas de voir Frêche réintégré en janvier 2009. Heureusement pour le Parti Socialiste, François Hollande a perdu et Bruno Le Roux n'a pu faire réintégrer Frêche.

Le 18 novembre 2008, Ségolène Royal se fait interviewer par Nicolas Demorand sur France Inter. Elle considère qu'il y a eu beaucoup d'injustices à l'égard des déclarations de Georges Frêche. En effet, considérer qu'un noir ne peut être français, ça doit être juste. Car reprenons les déclarations de Georges Frêche : "Bientôt, y'aura 11 noirs sur 11 en équipe de France. C'est une catastrophe pour le sport français. Ça veut dire qu'on (les Français) est nuls, voila la réalité.". S'il n'y a que des Noirs en équipe de France de football, c'est que les Français sont nuls voilà la réalité. Et Ségolène Royal de voler à son secours : "Georges Frêche est un homme cultivé et intelligent" Bien entendu, il a tellement de culture qu'il sait qu'un noir n'est qu'un "indigène" et ne peut donc être Français. Ou alors je me trompe?

Bien entendu, il y a tout de ce que je n'ai pas relayé sur ce blog. Des menaces de mort à l'encontre de Christian Assaf directeur de cabinet d'Hélène Mandroux qui a décidé de porter plainte, à l'insulte de Georges Frêche envers Laurent Fabius qui n'aurait pas une tronche très catholique en passant par l'apologie de crime de guerre en ayant dit "Les Allemands ont fait deux millions de prisonniers partis en villégiature s'occuper des Gretchen, pendant que leurs maris étaient en peine sur le front russe". En bon représentant de la gauche colonialiste de Guy Mollet et François Mitterrand, Georges Frêche a entamé des chants colonialistes à l'Assemblée en 2005. En effet, il souhaitait protester de la sorte contre la gauche qui refusait de voter une loi imposant l'apprentissage de l'action positive des colonisateurs sur les indigènes; Et après on s'étonne des dérapages sur les harkis ou les noirs... Et si l'on pousse plus loin, on apprend sans grand étonnement que Georges Frêche voulait s'allier avec... le Front National...

Et j'en oublie... Si aujourd'hui certains s'étonnent que le Parti Socialiste ne souhaite pas suivre Georges Frêche, qu'ils se demandent s'il est normal qu'un parti censé être internationaliste, humaniste et solidaire puisse soutenir un homme comme ça !

Les commentaires sont désactivés, vous pouvez désormais commenter cet article sur mon nouveau blog

Posté par abadinte à 14:10 - Parti Socialiste - Permalien [#]
Partager sur Facebook
Votez pour cet article
 
>