Blog d'un jeune social-démocrate ouvert sur le monde

Blog d'un social-démocrate vivant à Paris.

12 février 2010

Pourquoi ils trahissent la fraternité !

concert_de_la_fraternite_segolene_royalEn ne soutenant pas le Parti Socialiste qui lutte contre les élus de gauche qui insultent des socialistes, certains membres du Parti Socialistes renient leurs plus fortes et intenses convictions.

Rappelez-vous, la plupart était présente à cette petite sauterie du concert de la Fraternité. Ségolène Royal nous faisait alors des discours convaincants sur la fraternité allant même à le faire scander au Zenith de Paris. Mais si rappelez-vous de ce badge que tous arboraient ! Vincent Peillon et David Assouline, en directeurs de campagne zélés avaient du trouvé marrant de faire un tel badge. Gérard Collomb qui s'est allié par la suite à Ségolène Royal et à son courant pour prendre la tête de sa motion peut aussi être inclus dans le lot. Et pourtant, Gérard Collomb et Vincent Peillon dans leur défense de Frêche, Ségolène Royal ou Jean-Louis Bianco dans leur silence font honte à leur conviction.

Voilà ce qu'écrivait en 2008 Ségolène Royal dans sa contribution (page 10 et 11) : "Si la parole est libre, toute critique blessante ou méprisante, contraire à l’honneur et à la considération dont doit bénéficier chacun (que ce soit à l’égard du parti ou de membres du parti) donnera lieu à une procédure de suspension des instances du parti. S’il s’agit d’un élu, il ne pourra pas obtenir l’investiture du parti pour les élections suivantes. La direction en prendra l’initiative. La République du respect commence ici, chez nous et maintenant.

Nos électeurs ne supportent plus la désinvolture avec laquelle les décisions du parti sont parfois niées voire entravées, a fortiori lorsqu’elles ont été prises à la suite d’un processus éminemment démocratique. Cette attitude porte directement atteinte à notre crédit moral dans l’opinion quant à notre capacité à gouverner."

En concordance avec la contribution signée par Ségolène Royal, j'appelle donc tous ces signataires à soutenir pleinement le Parti Socialiste dans sa volonté de ne pas donner l'investiture à un homme qui a, entre autres, menacé de mort un membre du Parti Socialiste. Et bien entendu, si l'on suit l'idée générale de Ségolène Royal, il faudrait interdire à Vincent Peillon, Gérard Collomb et tous ceux qui suivent Georges Frêche en Languedoc-Roussillon toute nouvelle investiture...

Combattre et Proposer disait Ségolène Royal dans sa contribution en 2008, je lui propose donc d'agir désormais.

Les commentaires sont désactivés, vous pouvez désormais commenter cet article sur mon nouveau blog

Posté par abadinte à 16:57 - Parti Socialiste - Permalien [#]
Partager sur Facebook
Votez pour cet article
 
>